Le toujours très populiste Michel Girard écrit ce matin que le gouvernement Trudeau devrait permettre aux retraités de ne pas retirer de FERR ou FRV cette année, car les marchés se sont effondrés. Notons que le fédéral a déjà permis à ces derniers de réduire les retraits obligatoires. Le but serait de permettre aux retraités de se « refaire » avant de recommencer à retirer des sommes.

Chaque fois que je lis ça, j’ai un pincement au cœur. Ce texte vous permettra de comprendre pourquoi.

Retraite

DE DRÔLES D’HISTOIRES DE RETRAITE

On entend toute sorte d’histoires de gens qui se font suggérer par des amis ou parfois même par leur conseiller de ne plus retirer de sommes de leurs fonds afin de leur permettre de remonter plus rapidement dans la reprise boursière. Or, on parle parfois de retraités qui ont besoin de ces revenus de retraite pour vivre normalement. De plus, le fait de penser que leur plan doit être modifié à cause de la crise est une grande source de stress pour eux.

Depuis toujours, les conseillers de Votreconseiller.net sont formés pour appliquer un principe fondamental dans la gestion des décaissements des revenus de retraite. C’est ce que l’on appelle chez nous le principe des deux caisses de retraite.

NE JAMAIS VENDRE BAS

Un des principes de base en bourse est d’une simplicité déconcertante. Pour faire de l’argent, il faut idéalement acheter des actifs quand leur valeur est basse. Il faut aussi les revendre quand leur valeur est haute. C’est un mantra que l’on ne cesse de répéter à tous les clients en accumulation qui n’ont pas besoin de leurs avoirs à court terme. Soyez patients, ça va remonter, vous n’allez décaisser que dans 20 ans.

C’est selon cette logique que l’on dit aux retraités de ne rien vendre présentement. Or, un portefeuille de retraite n’est pas et ne devrait pas être constitué que d’actions en portefeuille.

LE PRINCIPE DES DEUX CAISSES

Normalement, dans la phase de la préretraite, des modifications importantes au portefeuille devraient être apportées. Comme éventuellement on aura des décaissements à venir, il faudra s’assurer de toujours pouvoir vendre les actifs quand ils sont hauts et non bas!

C’est pourquoi on installera le principe des deux caisses chez nous. On constituera une caisse de court terme et une caisse de long terme. La caisse de long terme regroupera sensiblement les mêmes actifs que le retraité avait avant la prise de la retraite, selon sa tolérance au risque. C’est avec cette caisse qu’il essaiera de faire le meilleur rendement possible à long terme. On regroupe dans cette caisse tous les actifs qui seront retirés dans sept années ou plus selon la projection de retraite effectuée.

Ensuite, pour tous les actifs de court terme, c’est-à-dire ceux qui seront retirés dans les 6 prochaines années, on les regroupe dans ce que nous appelons la caisse de court terme. Dans cette caisse, nous choisissons des actifs très sécuritaires qui ne baisseront pas dans les crises. Le but est ici d’acheter du temps pour nos actifs de long terme.

LA CAISSE DE COURT TERME

Dans la caisse de court terme, nous pouvons utiliser toutes sortes d’actifs comme les comptes à haut rendement, les CPG et les obligations, tout dépendant de l’endroit où nous sommes dans le cycle économique.

L’importance ici est la protection du capital. Ce sont les actifs qui seront décaissés à court terme qui s’y retrouvent. L’espérance de rendement est nécessairement plus faible.

Notez aussi qu’un préretraité qui attend des liquidités importantes suite à la vente d’un bien immobilier ou d’une entreprise verra sa caisse de court terme constituée seulement lorsque ces liquidités entreront.

Tous les clients qui avaient cette caisse de court terme ont vu leurs actifs protégés pendant cette crise. Ils peuvent donc continuer leur décaissement comme si rien n’était arrivé et continuer avec la plan déjà en place.

La caisse de court terme est là pour ne pas vendre d’actifs qui ont baissé. Elle offre également une tranquillité d’esprit aux retraités. Cette caisse de court terme rend totalement caduque l’utilisation des mesures proposées à Michel Girard, voir même les mesures déjà appliquées par le gouvernement Trudeau pour les FERR.

LE RÉÉQUILIBRAGE ANNUEL

Généralement, nous rencontrons nos retraités au moins une fois par année. Lors de cette rencontre annuelle, nous procédons à un rééquilibrage de portefeuille.

De plus, on suggère à nos retraités de garder 6 mois de revenus dans leur compte de banque. Ensuite, on verse les revenus mensuels selon un plan très précis. On décaisse les actifs de court terme pour verser ses revenus.

Donc, si nous avions débuté l’année avec six années de revenus dans cette caisse de court terme, nous la terminons avec l’équivalent de cinq années.

Les années que la bourse a bien été, on vend des actifs qui ont monté de la caisse de long terme pour acheter une année de revenus dans la caisse de court terme et renfloué les décaissements effectués. On veut maintenir notre coussin de sécurité.

ET QUAND TOUT VA MAL?

Quand la bourse va mal, comme en 2020, on ne procède pas au rééquilibrage. On ne vend aucune actions dans le portefeuille du client. On ne fait que vendre les titres sécuritaires qui n’ont pas baissé. Et on peut faire ça pendant six longues et belles années, afin de laisser le temps à la caisse de long terme de se « refaire » toute seule, comme une grande.

Éventuellement, quand la tempête boursière aura passé, on pourra rééquilibrer le portefeuille du client afin de retrouver ses 6 années de coussin de sécurité. C’est un processus qui prendra plusieurs années.

Ce qui est à retenir, c’est qu’avec cette gestion, on atteint trois objectifs fondamentaux :

  • On ne vend jamais d’actifs qui viennent de baisser fortement
  • Le plan établi depuis le début est respecté
  • Le retraité n’est pas stressé inutilement

UNE STRATÉGIE QUI FONCTIONNE

Bref, c’est une stratégie qui peut sembler complexe. Mais une fois bien expliquée et surtout bien appliquée, elle permet aux retraités de gérer facilement leurs émotions en temps de crise.

Le stress de nos retraités diminue grandement quand on leur dit ces temps-ci qu’ils peuvent continuer de recevoir leurs versement et surtout que les actifs que nous vendons pour leur verser ont un rendement positif depuis le 1er janvier 2020!