L’argent au Québec, c’est tabou. C’est à cause de notre héritage judéo-chrétien. C’est ce que tout le monde dit, non? Honnêtement, je ne suis plus capable de l’entendre celle-là. Il y a moyen de vaincre ces tabous et ça commence par vous, chers parents.

Vous avez 55 ans et votre plus vieux fêtera sous peu ses 26 ans. Votre carrière dans le privé était intéressante, mais malheureusement, votre employeur n’offrait pas de fonds de pension. Votre pactole pour la retraite n’est que de 100 000$. Vous n’êtes pas fou, vous savez que la retraite va être serrée. Vous auriez aimé commencer vos investissements plus tôt. Conséquemment, vous savez maintenant que commencer un plan de retraite à 40 ans était une erreur. C’est pourquoi vous vous êtes mis dans la tête de convaincre Junior d’éviter cette catastrophe. Mais comment faire?

VOTRE PLAN

Premièrement, montrez-lui votre plan de retraite. Montrez-lui les conséquences des décisions que vous avez prises lorsque vous aviez son âge. Prenez le temps de lui expliquer que le fait de ne pas épargner un minimum de 10% de votre revenu à son âge vous oblige à retarder votre retraite. Vous devrez même diminuer votre rythme de vie lorsque celle-ci arrivera. Essayez de lui illustrer dans quelle situation vous seriez si vous aviez commencé 10 ans plus tôt à épargner. Dites-lui qu’aujourd’hui, vous avez des remords. Faites-le candidement. Vous n’avez pas à ressentir de la honte ou de la gêne. Vous devez lui enseigner la vie. C’est votre responsabilité. En passant, faites faire les calculs d’illustration par votre conseiller.

VOTRE CONSEILLER

Parlant de votre conseiller, ces calculs ne devraient pas être compliqués pour lui. Vous avez un actif de 100 000$ chez lui, il est suffisamment rémunéré pour remplir une telle demande. S’il a du jugement, il vous proposera même de rencontrer votre enfant. Après tout, ce dernier est votre héritier. S’il veut garder l’actif après votre décès, il doit s’occuper de votre enfant. Vous devez arrêter d’être gêné de demander l’aide de votre conseiller parce que votre enfant n’a que 1000$ à placer. Un jeune de 26 ans qui épargne, c’est un client de rêve. C’est aussi rare qu’un politicien qui respecte ses promesses de nos jours.

Bref, arrêtez d’être gêné aussitôt qu’il est question d’argent. C’est simple comme recette, non?

CONSEILS

  • Si vous avez un conseiller en qui vous avez confiance, incitez vos enfants à le rencontrer et à ouvrir leur premier compte d’investissement avec lui.

  • S’ils n’ont pas le premier 1000$ à placer, vous pouvez leur avancer.

  • Parlez ouvertement de vos finances avec vos enfants. Évitez les tabous. Répondez candidement à leurs questions. Ils ont beaucoup à apprendre de vous.

  • Faites faire un plan de retraite à vos enfants. Montrez-leur l’impact d’attendre 10 ans avant de débuter. Ils vont voir que le coût de leur retraite double s’ils attendent. Ça va tellement capter leur attention qu’ils cesseront de pitonner sur leur téléphone 5 minutes!

D’ENDETTÉ À MILLIONNAIRE

ACHETER